fbpx

Se séparer régulièrement de ses enfants, une hygiène de vie

Depuis que mes enfants sont bébés je me sépare d’eux pendant une semaine, plusieurs fois par an. Dans cet article je partage les 5 avantages incomparables de cette pratique, devenue pour moi une hygiène de vie ! Je vous donne aussi des conseils concrets pour que cette séparation soit la plus bénéfique possible, pour vous et vos enfants.

Se séparer régulièrement de ses enfants, une hygiène de vie. Partir en colonie, chez les grands-parents, chez un copain, cela favorise l'autonomie.

Une séparation, ce n’est pas toujours confortable

J’ai beau le faire depuis qu’ils sont bébés, à chaque fois c’est le même scénario : pendant les quelques jours qui précèdent la séparation, je suis triste. Comme s’ils me manquaient déjà ! Alors je les chouchoute, je passe beaucoup de temps avec eux, je les colle quoi 😉 Je me suis même surprise à leur acheter une babiole ! Pas par culpabilité mais pour leur dire – maladroitement, certes – mon amour.

À cet état s’ajoute mon “stress organisationnel”. Je veux être sûre de ne rien oublier, alors je vérifie deux fois la valise, j’ajoute d’autres affaires de type “au cas où”, je (re)donne les informations à l’adulte qui va s’occuper d’eux, je briefe mes enfants : “Si tu veux nous parler, tu demandes à Mamie de nous appeler au téléphone, d’accord ?”, “Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu n’hésites pas à le dire à l’animateur”

Vacances en famille nombreuse, je n'en pouvais plus. À sept à temps plein, sous le même toit. Les écrans, solution de facilité. Passer de bonnes vacances.

Puis ils partent. Et là, tout retombe. Très vite, je me sens bien, je me fais à ma nouvelle vie.

Certains jours, j’oublie que j’ai des enfants.

Puis viennent les retrouvailles. Jamais je n’ai regretté. Le bonheur et les surprises des séparations valent largement l’inconfort des jours qui précèdent ! Dans cet article je vous explique pourquoi en 5 avantages.

Cliquez ici pour voir la vidéo correspondant à cet article.

1. Découvrez comme vous êtes différente

Vous serez soudainement lestée des contraintes de votre rôle de mère (repas, rangement, assistance des enfants, soins, trajets…). Pas d’enfants non plus pour réclamer votre présence entière (écoute, soutien, jeux, câlins…).

D’un seul coup disparaît tout ce qui d’habitude vous remplit physiquement et mentalement.

Comme un grand vide ou une abondance de temps, brutalement. Vous allez alors découvrir ce qui est différent pour vous.

Au fil des jours, cela va ouvrir des envies, des rêveries, des plaisirs oubliés, seule ou en couple. Je vous invite d’ailleurs à ne pas trop planifier vos journées, pour laisser émerger tout cela.

L’absence de vos enfants peut aussi raviver des douleurs : la tristesse sans eux, l’ennui dans votre couple, le manque d’estime de vous-même… Peut-être vos enfants vous apportent-ils de la joie, de l’occupation, de la reconnaissance, du sens ?

Quoi qu’il en soit, profitez de cette expérience pour prendre du recul et vous reconnecter à la femme en vous : nourrir vos besoins, apprendre à vous connaître, imaginer votre futur…

2. Votre enfant fait un “bond d’autonomie”

Avec d’autres adultes, il y a des chances que votre enfant soit plus autonome : il osera moins demander une aide qui n’est pas considérée “de son âge”, l’adulte sera moins enclin que vous à accepter.

Par ailleurs, s’il y a beaucoup d’autres enfants autour de lui (cousins, colonie), il aura tendance à les imiter et à faire tout seul. Il n’aura pas envie qu’on le traite de “bébé”.

En colonie il fera des progrès en autonomie. Il aura tendance à imiter les autres enfants et à faire tout seul. Il n'aura pas envie qu'on le traite de "bébé".

Il se peut que pendant son séjour, il régresse dans un domaine, et progresse dans un autre : ce n’est pas grave ! Ce qui compte, c’est qu’il ait vécu des déclics, via des expériences nouvelles.

Par ailleurs, il est probable qu’à la maison il reprenne les anciennes habitudes. Il faut accepter que l’autonomie s’acquière par un pas en avant, un pas en arrière.

Les séparations ont semé des graines qui donneront leurs résultats quelques mois ou années plus tard.

C’est aussi pour cela que je vous invite à organiser ces séparations plusieurs fois par an !

Votre enfant a une tendance “petit pacha” ? Cliquez ici pour faire le point : Enfant-roi : et si c’était vous, le “parent-serviteur” ? Faites le test !

3. Vous offrez une ouverture extraordinaire à vos enfants

C’est l’avantage le plus important à mes yeux. Vous séparer de votre enfant, c’est l’immerger dans un environnement différent de celui où vous vivez (paysage, culture, nourriture, loisirs…). Mais aussi avec des adultes différents de ses parents et de sa maîtresse : grands-parents, oncles et tantes, parents de copains, animateurs…

Enfant timide : aidez-le à surmonter les obstacles et prendre confiance en lui par des expériences simples et progressives

Votre enfant va découvrir d’autres qualités, un autre mode de vie, une autre façon de communiquer, d’autres centres d’intérêts, d’autres façons de penser… L’interaction avec ces adultes va forcément le faire grandir, lui ouvrir l’esprit et l’aider à mieux se connaître.

La diversité des rencontres est une richesse pour votre enfant.

Il est aussi susceptible de rencontrer de nouveaux enfants, autres que ceux qu’il côtoie d’habitude (frères et soeurs, amis, enfants de sa classe..). Des enfants plus âgés qui l’inspireront. Des nouveaux amis avec qui il voudra rester en lien. Bref, nouveauté et diversité, c’est ce que promet la séparation !

4. Vous verrez vos enfants sous un autre jour

À force de voir ses enfants tous les jours, souvent on ne les voit plus.

C’est-à-dire qu’on trouve qu’ils sont toujours pareils, prévisibles, ou pire on ne voit que leurs “défauts”. C’est un peu comme la routine du couple 😉 Un mélange d’habitude et de biais cognitifs.

Quand votre enfant a passé un temps long avec d’autres adultes, prenez le temps d’écouter ce qu’ils disent de votre enfant : ce qui les a marqué chez votre enfant, ce qu’ils apprécient quand ils sont avec lui. Chaque personne a un regard différent sur une autre personne, car c’est très subjectif et en plus, cela dépend de leur histoire commune.

Ainsi vous verrez votre enfant avec d’autres lunettes que les vôtres. Vous (re)découvrirez des facettes de votre enfant qui vous surprendront, vous émerveilleront. Cela vous aidera à mieux le connaître, à mieux le comprendre, voire à mieux l’aimer ❤️.

Vous avez du mal à accepter les défauts de votre enfant ? Lisez l’article Les 3 choses auxquelles renoncer à propos de son enfant

5. Les retrouvailles, c’est si bon !

C’est trivial mais si on ne se sépare pas, on n’a jamais de retrouvailles. Alors que c’est un moment tellement sympa, tellement fort 🙂

Si on ne se sépare pas, on n’a jamais de retrouvailles. Entre appréhension et impatience, ce moment d’émotion pure, où l’on sent comme on s’aime.

Les heures et les minutes d’avant, mêlées d’appréhension et d’impatience. Le “Moment M”, quand les regards se trouvent, puis le sourire, puis le câlin. Prenez le temps de profiter de ce moment unique.

Les retrouvailles, c’est juste un moment d’émotion pure, où l’on sent comme on s’aime.

Ne soyez pas pressée de monter dans la voiture, de vider la valise, ni même de parler. Laissez cet “état de grâce” se prolonger. Comme vous le devinez, j’adore les retrouvailles avec mes enfants, et ce moment magique vaut à lui tout seul les séparations !

Cliquez ici pour voir la vidéo correspondant à cet article.

Bonus : 2 conseils concrets pour maximiser les effets

Voici 2 conseils pour que la séparation soit la plus bénéfique possible :

  • prenez peu de nouvelles de votre enfant pendant le séjour (appels, messages, photos…), sinon vous risquez d’avoir l’impression de ne pas vous être séparés
  •  à son retour, ne lui demandez pas un compte-rendu de ce qu’il a fait. Respectez son jardin secret et écoutez ses ressentis : les événements ou personnes qui l’ont marqué, ce qu’il a aimé, pas aimé.

Trouvez des façons originales de discuter dans mon Défi Flash #2 : Arrêter de poser des questions bateau aux enfants

Osez les séparations, même si c’est compliqué

Peut-être êtes-vous emballée mais freinée par la complexité de l’organisation ? le coût ? le manque de personnes proches à qui confier vos enfants ? Eh oui, organiser plusieurs séparations par an ne nécessite pas forcément d’argent, mais des efforts, de l’anticipation… et de la créativité.

Peut-être êtes-vous emballée mais freinée par la complexité de l’organisation ? le coût ? le manque de personnes proches à qui confier vos enfants ?

En cas de panne d’idées, pensez aux solutions “système D” : votre enfant passe une semaine de vacances dans la famille d’un copain (et la fois prochaine c’est vous qui l’accueillez), vous partez de la maison et laissez votre enfant avec votre conjoint…

Et vous, pratiquez-vous les séparations régulières ? Sinon, qu’est-ce qui vous en empêche ? Si oui, quelles difficultés rencontrez-vous ? Quels bénéfices y trouvez-vous pour vos enfants et vous ? Partagez en commentaires !

Abonnez-vous pour recevoir toutes mes nouveautés et suivre mon actualité !

Votre espace de discussion 0 commentaires

Une question, une réaction, une expérience à partager ?