fbpx

Défi Flash #1 : Ne pas donner d’ordre à son enfant

Dans ce Défi Flash, je vous propose de vous mettre une contrainte, pendant plusieurs jours, qui vous obligera à trouver d’autres moyens de communiquer avec votre enfant. Êtes-vous prêt.e à relever ce défi sur le thème des “Fais-ci, ne fais pas ça” ? C’est parti !

Défi Flash : Ne pas donner d'ordre à son enfant !

Comment s’en sortir quand on est impuissant face à son enfant ?

Il y a quelques années, quand j’étais engluée dans une difficulté éducative, j’avais tendance à insister. Je répétais, j’en rajoutais, en me disant que ça finirait par “rentrer”. Parfois j’avais l’impression d’essayer une méthode différente, mais en réalité je changeais juste un mot par-ci par-là, un détail dans ma méthode. Conclusion : le problème était toujours là.

La folie c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent (Albert Einstein)

Alors comment trouver des solutions alternatives ? Comment communiquer différemment tout en restant fidèle à sa personnalité ? Comment changer de méthode sans renoncer à ses principes éducatifs ?

Il y a quelques années j’ai vécu ma pire difficulté. Ma fille avait 2 ans et son père et moi nous sommes rendu compte que nous passions la majorité du temps à la gronder, depuis plusieurs mois. Contrairement à sa soeur aînée au même âge, elle n’obéissait à rien, même quand elle se mettait en danger.

Son père et moi nous sommes rendu compte que nous passions la majorité du temps à la gronder. Elle n'obéissait à rien.

Quant à moi je me sentais totalement impuissante, sans influence aucune sur elle. Je pensais avoir tout essayé – à tort !

Le Défi Flash, un challenge ludique pour les parents en quête d’amélioration et de solutions

Poussée par ma tristesse profonde et l’envie que notre vie – à elle et à nous – s’améliore, du jour au lendemain je me suis mise à essayer des méthodes radicalement différentes, juste pour voir. Je n’avais pas grand-chose à perdre !

Plusieurs mois après, cela allait beaucoup mieux. Depuis cet épisode je m’amuse régulièrement à me lancer des défis, pour m’aider à trouver la manière juste et adaptée à l’enfant.

Le Défi Flash nous oblige à tester un comportement radicalement différent, sur une période limitée.

Je crois aux Défis Flash car je fais les hypothèses suivantes :

  • Je serai plus créatif/créative en me mettant des contraintes.
  • C’est en expérimentant que je trouverai ce qui marche, plutôt que par la seule théorie.
  • C’est comme un jeu, car je ne fais pas prendre de risques à mon enfant et je suis curieux.se de ce qui va se passer 😀
    Je serai plus créatif/créative. C'est en expérimentant que je trouverai. C'est comme un jeu. J'apprendrai des choses sur le fonctionnement de mon enfant.
  • Je ne me mets pas la pression puisque c’est “sans engagement”, car je limite le défi dans le temps, et à la fin je décide ce que je continue et ce que j’arrête.
  • J’apprendrai des choses sur mon fonctionnement et celui de mon enfant, quelle que soit l’issue du défi.

Pourquoi est-ce si difficile de se faire obéir par son enfant ?

La difficulté à se faire obéir est l’une des plus exprimées par les parents. Mais le problème n’est pas “Comment me faire obéir ?”. Mais plutôt de croire que c’est en soumettant l’enfant à notre volonté, en le contraignant à faire ci ou ça, qu’on l’éduquera au mieux.

Donner des ordres est à la fois la méthode la plus facile et la moins efficace.

Cela pour deux raisons :

  • les enfants – comme chaque être humain – sont seuls maîtres de leurs actions. Il y a toute une alchimie intérieure complexe, y compris au sein d’un être encore immature, qui va l’amener à dire ou faire quelque chose. Pouvoir diriger quelqu’un comme une marionnette, ça ne peut être qu’un fantasme.
  • les enfants – comme chaque être humain – ont un besoin fondamental de liberté. Par conséquent, cela génère des résistances à la contrainte qu’une autre personne tente de leur imposer.

Pourquoi est-ce si difficile de se faire obéir par son enfant ? Les enfants ont un besoin fondamental de liberté.

Et si tant est que notre enfant devienne obéissant, c’est au prix fort. Un futur adulte soumis (à son employeur, à son conjoint…), qui n’osera pas s’opposer ? Qui fera passer les besoins des autres devant les siens ? Qui contiendra ses émotions à l’intérieur, au détriment de son bien-être, voire de sa santé ?

Réservons la contrainte pour les moments où l’enfant est en danger (ex : l’attraper avant qu’il ne traverse la route) ou s’il met en danger l’autre (ex : le séparer d’un enfant qu’il tape). Pour tout le reste, attelons-nous à trouver des méthodes d’influence douces. Et c’est là que ça se complique ! On se retrouve face à deux difficultés :

  • la personnalité de l’enfant, qu’on ne connaît pas (encore ?) bien. D’elle dépendent ses leviers de motivation, son énergie, sa façon d’explorer et d’apprendre…
  • la personnalité du parent, qui a ses besoins propres, des façons privilégiées d’interagir avec l’autre, des automatismes… dont il n’a pas toujours conscience.

La comparaison avec d’autres enfants nuit aussi à la confiance en soi : à ce propos lisez mon article Idoles, télé-réalité, réseaux sociaux… votre enfant vit-il sa vie par procuration ?

Le défi sert à trouver des méthodes alternatives

Ce Défi Flash consiste à vous abstenir de donner des ordres. Cette contrainte vous obligera à chercher des moyens d’influence positive, à adapter votre communication à cet enfant unique – quitte à tordre vos réflexes ancrés ! Ce défi est particulièrement pertinent dans les situations courantes telles que se préparer le matin, le moment du coucher, le repas, la sortie au parc, les disputes avec le frère ou la soeur…

Comment réaliser le Défi Flash ?

  1. Lancez-vous quand vous n’en pouvez plus de dire “fais-ci, fais pas ça” à votre enfant, en vain
  2. Faites-le défi sur une période où vous passerez beaucoup de temps avec lui
  3. Choisissez une période où il n’y a pas de chamboulements, ni pour lui ni pour vous (rentrée des classes, absence de l’autre parent, charge professionnelle…)
  4. Pendant cette période, à chaque situation où vous vous apprêtez à lui donner un ordre (= parler à l’impératif), retenez-vous et cherchez un moyen alternatif, quitte à prendre quelques minutes
  5. Faites durer le défi plusieurs jours, voire plus jusqu’à ce que vous ayez assez d’enseignements
  6. Vous donnerez forcément quelques ordres pendant le défi, par réflexe ou en dernier recours, mais continuez quand même l’expérience

Des résultats précieux à observer, sur l’éducation, sur votre enfant et sur vous-même

Poser des questions aux enfants et leur donner des informations rendent l'enfant plus autonome et lui donnent confiance en lui.

Naturellement, chacun.e trouvera des enseignements différents à ce défi. Voici ce que j’ai principalement découvert de mon côté :

  • c’est hallucinant le nombre d’ordres que peut recevoir un enfant par jour ! Jamais je ne supporterais d’en recevoir le 10ième !
  • poser des questions aux enfants et leur donner des informations est beaucoup plus puissant que donner des ordres (ex :”qu’est-ce qu’il te reste à faire avant de te coucher ?”, “qu’est-ce qu’il s’est passé juste avant que tu tapes ton frère ?”, “ton copain Axel arrive dans 5 minutes”, “aujourd’hui ils prévoient de la pluie et du froid”)
  • ne rien faire et ne rien dire est très utile : on observe comment l’enfant se comporte sans direction. Et quelle bonne surprise de le voir réaliser des actes du quotidien sans qu’on intervienne !
  • les alternatives prennent plus de temps que les ordres, mais rendent l’enfant plus autonome et lui donnent confiance en lui
  • je connais mieux ma fille et ce qui la motive, par exemple son goût marqué pour les contacts ludiques et la compétition (ce qui la rend si différente de moi !)

Et vous, que pensez-vous de ce défi ? Allez-vous le tenter ? Si vous l’avez tenté, qu’en avez-vous tiré ? Partagez en commentaires !

Abonnez-vous pour recevoir toutes mes nouveautés et suivre mon actualité !

Votre espace de discussion 0 commentaires

Une question, une réaction, une expérience à partager ?