fbpx

7 problèmes au travail qui rejaillissent sur la famille

On a l’habitude de séparer “vie professionnelle” et “vie personnelle”, mais dans la réalité du quotidien des parents, ces deux sphères sont loin d’être étanches ! Ne négligez pas vos problèmes au travail, car ils ont une réelle répercussion sur votre qualité de vie à la maison. La preuve en 7 cas concrets.

Comment concilier vie professionnelle et vie personnelle ? Faut-il sacrifier sa carrière pour éduquer ses enfants ? Les femmes cherchent l'équilibre.

Pourquoi ne pouvons-nous pas dissocier vie pro et vie perso ?

L’être que nous sommes est un et indivisible. Cela veut dire qu’on se réveille le matin avec une certaine humeur, une certaine énergie. Imprégnés de ce qui s’est passé la veille, la semaine précédente, voire les mois précédents : insomnies, disputes, joies, ennui… Nous avons chaque matin une prédisposition différente, qui va teinter la journée… au travail et à la maison.

Puis dans la journée, nous évoluerons entre ces deux sphères, physiquement et/ou mentalement, plusieurs fois. Chaque moment vécu peut nous rebooster comme il peut nous énerver, voire nous déprimer. Toutes les émotions ressenties laissent une trace en nous. On ne “remet pas les compteurs à zéro” en changeant de contexte.

Voici un exemple :

Cécile doit rendre un dossier professionnel demain matin. À 18h elle ne l’a pas terminé, mais doit s’interrompre pour aller chercher ses enfants. Elle prévoit de retravailler le soir, une fois les enfants couchés, voire de les mettre à la garderie le lendemain pour aller au travail plus tôt. Quand elle retrouve ses enfants, dans quel état est-elle ? Pendant la soirée, ses enfants vont-ils ressentir une différence ? Acceptera-t-elle de leur lire une deuxième histoire ? Comment risque-t-elle de réagir si l’un de ses enfants n’arrive pas à dormir et se relève sans cesse ?

Dans cet article je décortique 7 situations au travail qui ont un impact négatif sur la vie de famille. Découvrez-les ainsi que des idées concrètes pour les atténuer !

1. Votre travail vous prend trop de temps
2. Votre travail vous pompe trop d’énergie
3. Vous ne déconnectez pas de votre travail
4. Vous avez des relations toxiques au travail
5. Vous n’êtes pas reconnue pour votre travail
6. Votre travail est répétitif
7. Vous manquez de solitude, de calme au travail

1. Votre travail vous prend trop de temps

Vous n'avez pas assez de temps pour vos enfants. Décalez vos horaires, temps partiel, télétravail, présentéisme, efficacité personnelle. Travaillez moins.

C’est la situation qui saute le plus facilement aux yeux. Quand vous faites les comptes sur la semaine, en incluant le temps de transport, les heures supplémentaires et autres déplacements, le nombres d’heures qu’il reste pour votre famille se réduit comme peau de chagrin.

Vous voyez vos enfants un soir sur deux, voire moins. Quand vous les voyez c’est juste le temps qu’il faut pour une douche, un dîner, une histoire et au lit. À peine 15 minutes de temps vraiment intime. Le weekend, chacun en profite pour faire du sport, voir ses amis. Vous sentez que votre temps disponible pour eux n’est pas suffisant.

Je développe le sujet des “moments de qualité” dans l’article 10 astuces faciles pour passer du temps avec chaque enfant

Comment trouver du temps en plus ?

Le temps de travail est lié à de nombreux facteurs : temps de transport, culture de votre entreprise, organisation personnelle… Voici quelques pistes à étudier sérieusement :

  • décaler ses horaires, par exemple d’une heure plus tôt. Si besoin, sollicitez votre conjoint ou des voisins pour emmener vos enfants le matin.
  • faire du télétravail. Le temps de transport sera supprimé, et si ça se trouve vous serez plus productive qu’au bureau !
  • abandonner le présentéisme. Pourquoi faites-vous autant d’horaires ? Pour avoir une bonne réputation ? Le problème c’est que plus on a de temps, plus on prend le temps pour faire une tâche ! Sans compter que personne n’est productif 8 heures d’affilée…
  • s’organiser différemment. Il existe plein d’astuces pour être plus efficace. Faites-vous aider si besoin.
  • se mettre à temps partiel, par exemple en commençant à 90%. Vous achetez du temps en famille en plus 😉 À condition que ce temps ne soit pas utilisé pour votre employeur ou pour les tâches domestiques !
  • travailler moins, tout simplement, pour le même salaire (si votre contrat vous le permet 😉 )

N’oubliez pas que tout se négocie. Même si votre patron peut se montrer réticent au début, exigez au moins une phase d’essai !

2. Votre travail vous pompe trop d’énergie

Votre travail vous pompe trop d’énergie. Réduire les tâches où vous êtes peu compétente. Limiter les pics émotionnels. Faire la sieste, marcher, méditer, musique.

Le soir quand vous retrouvez votre famille, vous êtes déjà à plat. Si vous avez un bon sommeil, ce n’est pas normal. Avoir moins d’énergie que le matin, oui, mais avoir envie de s’affaler sur le canapé ou d’aller se coucher à 19h, c’est un souci : votre famille mérite mieux que “les miettes” de vous ! Recherchez quelles situations, quelles tâches vous fatiguent au travail.

Tendance hyperactive ou perfectionniste ? Lisez mon article Pourquoi vous avez tout intérêt à être paresseux à la maison !

Comment garder de l’énergie pour la soirée en famille ?

Bien sûr, cela dépend de votre “diagnostic”, mais voici quelques pistes génériques :

  • réduire les tâches où vous êtes peu compétente. Si vous êtes meilleure à ce que vous faites, ce sera moins fatiguant. Peut-être avez-vous besoin d’une formation aux outils ? D’un stage de développement personnel ? Et surtout, alternez tâches faciles et difficiles dans la journée.
  • limiter les pics émotionnels. Débats animés avec les collègues, conflits, réunions agitées, tâches stressantes… Ces situations dévorent littéralement votre énergie.
  • entrecouper la journée de “moments ressources”. Ces moments vous redonnent de l’énergie (discussion perso entre collègues, sieste, lecture, yoga, musique…)

3. Vous ne déconnectez pas de votre travail

Vous ne déconnectez pas de votre travail, vous pensez à votre travail quand vous êtes en famille : une “charge mentale”. Découpez et finissez les tâches.

C’est le fait de penser à votre travail quand vous êtes en famille : une “charge mentale”. En réalité, vous n’êtes pas pleinement disponible, pleinement présente à vos enfants, à votre conjoint, et cela se ressent. Difficulté à écouter et à retenir ce qu’on vous dit, visage fermé, irritabilité, râleries…

Comment déconnecter de son travail le soir ?

J’ai moi-même beaucoup de difficultés à déconnecter 😉 , mais voici mes pistes du moment :

  • finir ses tâches avant de quitter le travail. Cela nécessite de “découper petit” vos tâches, et de ne pas commencer une nouvelle tâche 10 minutes avant de partir 😉
  • se donner des objectifs quotidiens réalistes. Sinon, c’est la garantie d’être toujours insatisfaite le soir !
  • ne pas rester longtemps bloquée. Quand une tâche vous turlupine, ne gambergez pas des jours dessus : parlez-en, faites des actions, des essais…

4. Vous avez des relations toxiques au travail

Les relations toxiques au travail sont empreintes de domination, de manipulation, de dévalorisation, de harcèlement. Elles épuisent et entament votre estime de vous-même.

Même si à la maison tout va bien, si au travail vos avez des problèmes relationnels, vous ne pourrez les oublier en passant le pas de la porte. Les relations toxiques – avec un collègue, un chef, un client – sont empreintes de domination, de manipulation, de dévalorisation, voire de harcèlement. Non seulement elles vous épuisent (cf. le point 2.), mais elles entament votre estime de vous-même. Par conséquent, elles nuisent à votre bien-être général.

Comment éviter les relations toxiques ?

  • en parler à des personnes de confiance. Peut-être vous rendrez-vous compte que d’autres ont eu des problèmes relationnels avec cette personne. Cela peut vous soulager et vous donner des pistes.
  • changer son comportement face à cette personne. Cela peut suffire s’il s’agit seulement de deux caractères qui s’entendent mal.
  • ne plus travailler avec cette personne. Trouvez le moyen de la fréquenter le moins possible, quitte à changer de service.

Ne laissez pas durer ce mal insidieux que sont les relations toxiques, ce sera d’autant plus long de vous en remettre.

Pensez à vérifier si les actes de cette personne rentrent dans la définition du harcèlement moral, de l’agression sexuelle ou du harcèlement sexuel, pour envisager une issue judiciaire.

5. Vous n’êtes pas reconnue pour votre travail

Si vous manquez de reconnaissance au travail, cela nuit à l'estime. Faites connaître votre travail, demander des feedbacks, cultivez votre touche personnelle.

Déjà, en tant que mère nous recevons peu de reconnaissance pour notre investissement. Non que les enfants soient ingrats, mais ils sont trop jeunes pour se rendre compte de ce que nous faisons pour eux. Et la gratitude s’apprend en grandissant ! Si en plus vous n’êtes pas reconnue au travail, il est possible que vous soyez en manque – la reconnaissance est un besoin universel 🙂

À la maison, cela peut se traduire par un comportement de victime, de manque de confiance, de plainte… “J’ai rangé le salon mais aucun d’entre vous ne m’a remerciée” ; “Théo, dis-moi que je suis une super maman, allez dis-le moi”.

Le manque de reconnaissance peut amener à se mettre au service de son enfant. Découvrez pourquoi dans cet article : Enfant-roi : et si c’était vous, le “parent-serviteur” ? Faites le test !

Comment être reconnue au travail ?

C’est un vaste sujet, mais voici quelques pistes :

  • faire connaître son travail. Si votre travail reste confidentiel, ou fondu dans un projet collectif, les gens ne l’identifient pas à vous. Montrez ce dont vous êtes fière, partagez vos retours d’expérience.
  • aller chercher les feedbacks. Les feedbacks positifs ne sont pas dans la culture française, alors si on ne fait qu’attendre, on reçoit surtout des critiques ☹️ Osez en demander à vos clients, vos managers, vos collègues !
  • se différencier. Dans une grande entreprise où tout le monde se ressemble, cultivez votre “touche personnelle”, ce qui fera que les gens se souviendront de vous.

6. Votre travail est répétitif

La monotonie, l’ennui dans un travail nous ramollit. Réinventez votre poste, ayez au moins une activité créative, ayez un pouvoir de décision.

La monotonie, l’ennui dans un travail peut venir de différents facteurs. Un travail répétitif par nature, un travail trop facile. Une période de faible activité dans l’entreprise. Un environnement qui vous laisse peu de marge de manoeuvre, de pouvoir de décision, de créativité.

Cela a tendance à vous “ramollir”, physiquement et intellectuellement, et ça se voit à la maison. Vous vous traînez, vous prenez peu d’initiatives, ou alors vous faites tout en mode “pilote automatique”. À l’inverse, vous pouvez vous “sur-investir” à la maison : une idée à la minute, des projets tout le weekend, une créativité décuplée en pâtisserie ou décoration… et être frustrée que les autres ne suivent pas le rythme.

Comment rendre mon travail plus palpitant ?

Il n’y a pas de réponse universelle, mais voici quelques conseils issus de mon expérience :

  • réinventer son travail. Rien ne vous oblige à suivre la fiche de poste à la lettre. Mettez les ingrédients dont vous avez besoin pour vous amuser, sans demander l’autorisation à personne 😉
  • avoir au moins une activité créative. Assurez-vous que votre poste contient une partie qui n’est pas définie à l’avance, quelque chose à créer.
  • avoir un pouvoir de décision. Rien de pire que d’obéir aux ordres d’un autre du matin au soir ! Vérifiez que vous avez un pouvoir de décision suffisant, sur le papier et dans les faits, sinon n’hésitez pas à changer de service.

7. Vous manquez de solitude, de calme au travail

Vous manquez de solitude, de calme au travail. Faites des pauses seule, fréquentez la salle de repos ou le parc, méditez dans les transports, marchez.

Si vous êtes dans un environnement professionnel où vous n’êtes jamais seule, très souvent en interaction (réunions, accueil de clients…) ou dans un endroit bruyant, il se peut que vous n’ayez pas votre compte de calme, de solitude. Si vous arrivez à la maison avec ce besoin d’être seule ou au calme, et que les enfants vous sautent dessus, trop impatients de vous retrouver… il y a un hic 😉

Cette situation peut déclencher des crises entre votre enfant et vous, comme je l’explique dans cet article Les 5 habitudes à prendre pour en finir avec les crises quotidiennes

Comment m’isoler au travail ?

Si vous avez ce besoin, il est indispensable de le satisfaire avant de retrouver vos enfants, et non pas attendre qu’ils soient couchés.

On dit qu’il est bon d’avoir 20 minutes de “rendez-vous avec soi-même” par jour

Voici quelques idées :

  • faire ses pauses seule. Rien n’oblige à être avec des collègues pendant les pauses ! Si vous préférez être seule, vous n’avez pas à vous justifier.
  • fréquenter les coins calmes (salle de repos, parc à proximité…)
  • profiter du temps de transport. Marchez, écoutez de la musique apaisante, méditez…

Faire des changements au travail pour être mieux à la maison

Dans cet article j’espère avoir mis en lumière les “liaisons dangereuses” entre travail et vie de famille. En voyez-vous d’autres ? Quelle est votre expérience ? Partagez en commentaires !

Par exemple, dans cet article touchant, Stéphanie Brillant témoigne du déclic qu’elle a eu à ce sujet.

Et pour conclure, deux derniers conseils :

  • faites vos choix en conscience. Il n’y a pas une configuration travail/famille unique. Inutile de se comparer aux amies, aux collègues. Le plus important est de ne pas subir une situation insatisfaisante et néfaste pour vos enfants et vous, d’agir pour rétablir l’équilibre, en fonction de vos priorités de vie.
  • concentrez-vous sur ce que vous pouvez changer. Parfois on a tendance à ruminer sur ce qu’on ne peut pas changer (lieux des bureaux, retards des trains, personnalité du chef…)

Abonnez-vous pour recevoir toutes mes nouveautés et suivre mon actualité !

Votre espace de discussion 0 commentaires

Une question, une réaction, une expérience à partager ?